Loading...

Merci de vous identifier avant de vous inscrire à une conférence.

Connexion ou si vous n'avez pas encore de compte : Créer un compte

La Belle Hélène (1864) Offenbach
Opéra

Selon la tradition grecque, c'est l'enlèvement d'Hélène qui est l'origine de la guerre de Troie : la déesse Vénus offre Hélène, reine spartiate, en récompense au prince troyen Pâris, avant de faire souffler un vent de débauche sur toute la Grèce... Si Jacques Offenbach et ses librettistes Meilhac et Halévy détournent les codes de l’opéra sérieux à travers  une  parodie des mythes de l’Antiquité grecque, c’est pour mieux se jouer des travers  de  la  société  du  Second  Empire.

La Belle Hélène est considérée comme le premier opéra-bouffe, sorte d’opéra-comique (alternance entre parlé et chanté) traitant d’un sujet parodié sur un ton léger. L’Hélène de Meilhac, Halévy et Offenbach exprime, avec un ton qu’on ne pouvait prêter aux reines jusqu’alors sur une scène de théâtre, sa volonté d’obéir librement à ses désirs et à son cœur. Coupable, ou non coupable ? Pour Offenbach et ses librettistes, la cause est claire : Hélène est complètement innocente. Pâris n’est pas un être d’exception, pas plus que les Rois de la Grèce au milieu desquels elle vit, mais elle souhaite vivre en accordcavec ses goûts et ses aspirations et cela en fait un personnage digne d’admiration, la musique d’Offenbach lui offre des airs superbes et nobles. Quand la reine de Sparte confie à Calchas qu’elle aurait voulu être « une bourgeoise paisible, la femme d’un brave négociant de Mitylène », elle ne ment pas, elle est lasse de la vie royale. La remise en cause da la royauté et du pouvoir, traitée sur un ton badin et joyeux, n’en est pas moins importante dans cette œuvre aux mille talents.

Merci de vous identifier afin de vous inscrire à cette conférence.

Retour au calendrier Connexion

Informations

Date : 12-07-2021 16h00


Durée : 1h

Conférencier :

Elisabeth RALLO DITCHE

Ils soutiennent l’UVTD